Hackathon Ebola : une innovation pour contrer Ebola

Du 2 au 3 mars 2019, Kinshasa Digital en collaboration avec Internews et le Ministère de la Santé ont organisé un hackathon sur la thématique du virus Ebola à l’espace culturel Bilembo à Kinshasa.

Dix équipes , constituée essentiellement d’étudiants en médecine, journalisme, communication et informatique, étaient appelées à répondre à la question centrale de cet hackathon à savoir : Comment les agents de la riposte contre Ebola peuvent mieux utiliser les nouvelles technologies pour atteindre leurs objectifs de communication aux niveaux local, national et international ? 

Cet hackathon étant une nouvelle ère marquée par l’innovation et le changement pour son secteur, le Ministre de la Santé publique, Monsieur Oly Ilunga, s’est rendu sur le lieu de l’événement et est passé auprès de toutes les équipes pour écouter et conseiller ces jeunes futurs entrepreneurs.

« Par ailleurs, lors de la compétition, le Ministère de la Santé a identifié quelques talents qui pourraient travailler à temps partiel au sein de la riposte contre Ebola, notamment au sein de  la nouvelle Agence Nationale d’Ingénierie Clinique d’information et d’informatique de la  Santé (ANICIIS) lancée ce 02 mars 2019. Un deuxième hackathon sur Ebola sera organisé par Internews à Goma en avril », indique le ministère de la santé.

A l’issue de deux jours, plusieurs idées ont été émises par les participants;  L’équipe gagnante sera annoncée le 13 avril 2019 en marge de la « Kinshasa Digital Week » et bénéficiera d’un accompagnement, d’un coaching ainsi qu’un financement pour concrétiser l’idée gagnante.

Il faut noter que depuis le début de l’épidémie à virus Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri en RD Congo, le cumul des cas est de 894, dont 829 confirmés et 65 probables. Au total, il y a eu 561 décès (496 confirmés et 65 probables) et 302 personnes guéries, selon le dernier rapport de situation épidémiologique du dit virus en date du 2 mars 2019.

BigUpNews.net

Plus d'articles
CE QU’IL FAUT RETENIR DE BRAZZAVILLE DIGITAL STORY